· 

Fête du Travail

Fête du Travail

Pourquoi s'offre-t-on du muguet ?

The hand that will rule the world, 1917
The hand that will rule the world, 1917

Pâques, fiche technique (France) :

 

date : 1er mai (date fixe)

 

type de fête : civile

 

fériée ? oui

 

fêtée depuis : 1890

 

célébrée : dans de nombreux pays d'Europe à cette date, parfois dans d'autres pays à d'autres dates


La naissance des droits du travail

Avec les révolutions industrielles, les modes de vie changent. Au XIXe siècle, on observe un exode massif depuis les campagnes vers les villes, où les gens convergent à la recherche d'un travail.

Malgré un essor industriel important et une véritable demande en terme d'emploi, le travail reste assez peu réglementé au XIXe siècle, ce qui va engendrer de nombreuses questions et un certain nombre de protestations. On peut travailler à l'usine ou dans les mines très jeune, de jour comme de nuit, sans limite de temps imposée

 

Ce qui éveille une prise de conscience collective, d'abord quant au travail des enfants (mais nous verrons les droits de l'enfance plus en détail dans l'article du 20 novembre), puis quant aux conditions de travail en général.

Au cours du XIXe, les syndicats apparaissent, les droits du travail progressent et les mouvements ouvriers s'imposent progressivement en politique. Les grèves permettent des revendications, mais rappelons-nous qu'avant 1946, le droit de grève n'était pas reconnu ! Les employés encouraient au mieux des pénalités, au pire des représailles plus ou moins graves sur la voie publique les jours de grève.

 

Si on constate de véritables avancées au tournant du XXe (création du Labour Party en Angleterre en 1900, passage à 11heures de travail maximum par jour dans la majeure partie des pays industrialisés), nous sommes encore loin des règlementations actuelles. Et l'un des grands combats de la fin XIXe, c'est la demande du passage à 8h de travail par jour… qui sera votée en 1919 en France.

 

Pour y parvenir, il faut cependant remonter un peu en arrière, ce qui nous amène à comprendre l'histoire de ce fameux 1er mai… 


Un rassemblement international

Très vite, les ouvriers appliquent le célèbre adage : l'union fait la force. En 1846, l'Association Internationale des Travailleurs (AIT ou Première Internationale) est fondée à Londres, et réunit des militants anglais, allemands, français et italiens. L'objectif étant de coordonner la lutte ouvrière entre les différents pays. Malgré des répressions sévères, ces militants sont vite rejoints par des représentants suisses, belges, espagnols, autrichiens, néerlandais et américains.

 

En 1869, des tensions se font sentir entre ceux qui aimeraient une gestion ordonnée et centralisée de l'Internationale, comme les y encourage les écrits de Karl Marx, et ceux qui opteraient plus pour une désobéissance civile individuelle, voire le règne de l'anarchisme.

 

Une rupture a lieu dans plusieurs pays, notamment en France avec les évènements de la Commune de Paris. Finalement, la Première internationale disparaît en 1876, mais l'Histoire continue de s'écrire… 


Que s'est-il passé le 1er mai 1886 ?

La lutte continue dans chaque pays et les syndicats américains se réunissent en 1884 lors d'un congrès : ils se donnent 2 ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer symboliquement leur action au 1er mai.

 

Il faut savoir qu'en Amérique du nord, les années comptables s'achevaient au 1er mai, ce qui nécessitait pour de nombreux ouvriers de déménager à cette date, afin de retrouver du travail. Le moving day existe d'ailleurs toujours aux Etats-Unis et au Canada : c'est LA grande journée de l'année pour déménager !

Révolte du Haymarket Square
Révolte du Haymarket Square

 

La grève générale du 1er mai est donc lancée l'année même, en 1884, suivies par 340 000 personnes dans tout le pays.

Elle est reprise chaque année, mais tourne au drame en 1886 à Chicago : alors que la grève se prolonge jusqu'au 3 mai, trois grévistes meurent lors de la manifestation.

 

Le lendemain, une marche de protestation se déroule dans la soirée. Face aux forces de l'ordre, les manifestants se dispersent à Haymarket Square et il ne reste que 200 militants face à autant de policiers. Une bombe explose alors dans les rangs des forces de l'ordre et tue l'un de ces policiers. Sept autres meurent meurent dans la bagarre qui s'ensuit.

 

Cette attaque à la bombe fut durement réprimée lors d'un jugement public, lors duquel cinq manifestants (aux tendances anarchistes) sont condamnés à mort et trois autres à la prison à perpétuité, malgré une absence flagrante de preuves quant à leur implication dans l'attentat. La pendaison a lieu en 1887, les « cinq martyrs » sont érigés en héros du combat des 8h de travail par jour.

 

Les trois prisonniers restants sont finalement innocentés en 1893 par le gouverneur de l'Illinois, qui avoua que le chef de la police de Chicago avait tout organisé, et même commandité l'attentat, afin de justifier une répression.


Un symbole repris à Paris

Si la Première Internationale disparaît en 1876, elle est prolongée en 1889 par la « IIe Internationale ». Cette Internationale socialiste se réunit à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1889, qui commémore les 100 ans de la Révolution française.

 

Jules Guesde, qui dirige alors le Parti ouvrier, décide de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation visant à obtenir la réduction de la journée de travail à 8h. La date est symboliquement choisie en référence aux événements du Haymarket Square 3 ans plus tôt. Il invente le terme de « fêtes du travail », la 1ère ayant donc lieu en 1890.

 

En 1919, le Sénat ratifie finalement le projet de loi journée de huit heures et fait du 1er mai une journée chômée : la fête des Travailleurs. Elle est d'ailleurs la seule journée obligatoirement chômée et payée en France.

 

La fête est cependant officialisée dans le calendrier pendant la 2nde guerre mondiale, sous le régime de Vichy. Le Maréchal Pétain souhaite en effet des symboles forts pour accompagner sa devise : Travail, famille, patrie. Il débaptise la « fête des Travailleurs », trop connotée lutte des classes et la renomme « fête du Travail ». La dénomination est officialisée après la guerre, en 1948.


Défilés, muguet et arbre de mai

De nos jours, la fête du Travail donne lieu à des défilés, auxquels participent les syndicats et la population, offrant une occasion d'évoquer la situation des travailleurs.

 

En France, c'est aussi l'occasion de s'offrir un brin de muguet.

Il existe d'ailleurs une tolérance dans l'administration fiscale pour le 1er mai, qui permet aux particuliers ou aux organisations de travailleurs de vendre des brins de muguets sur la voie publique, sans formalités ni taxes (à condition qu'il vienne du jardin ou des bois, la revente étant illégale).

Mât de mai, Allemagne
Mât de mai, Allemagne

Le lien entre le muguet et la fête du travail a toujours été obscur à mes yeux. Mais encore une fois, le temps a superposé deux traditions bien distinctes à la même date.

Depuis l'Antiquité, le muguet symbolise la nouvelle saison, les beaux jours et il était d'usage de s'en offrir pour s'attirer les bonnes grâces chez de nombreux peuples en Europe (Grecs, Romains, Nordiques).

 

Comme pour les œufs de Pâques, ce rituel prend de l'ampleur à la Renaissance : les rois en offrent aux dames de la cour quand arrivent les beaux jours. Une tradition reprise à la Belle Epoque par les grands couturiers français, comme Christian Dior, qui offrent du muguet à ses employées et clientes pour le 1er mai.

 

Mais par delà la symbolique du porte-bonheur et de l'hommage à une dame, le muguet a aussi un sens politique. En 1793, le calendrier républicain proposait déjà « un jour du travail » le 26 avril, auquel était associé le muguet. 

 

Finalement, le muguet a une longue histoire, car il va à nouveau s'associer, d'une manière inattendue, à la fête du travail, lors de la fusillade à Fourmies (Nord) en 1891.

 

Arbre de mai, République Tchèque
Arbre de mai, République Tchèque

Lors de la manifestation revendiquant le droit aux 8h de travail, les forces de l'ordre mettent fin à l'événement dans un bain de sang, tirant sur une foule pourtant décrite comme pacifiste.

Au total, 35 blessés, 10 morts, dont 2 enfants… Encore une fois, ce furent les manifestants qui furent condamnés, pour outrage et rébellion contre agent. L'une des victimes, Marie Blondeau, portait une robe blanche et avait les bras couverts de fleurs. Elle devient un symbole de ce drame et les manifestants du 1er mai portèrent à leur boutonnière une fleur d'églantine en son hommage les années suivantes. D'églantine, ou de muguet à Paris, à la condition que celui-ci soit attaché par un ruban rouge, reprenant la couleur du parti ouvrier.

Pétain imposera le muguet en remplacement de l'églantine, symbole communiste, sans ruban rouge autour.

 

Enfin, une autre tradition perdure dans certaines régions françaises autour du 1er mai : celle de l'arbre de mai. Au lieu d'offrir un brin de muguet à une dame, on lui érige un mât de mai ou on décore un arbre déjà en place. L'arbre est enrubanné de 2 couleurs différentes. On lui ajoute une sorte de couronne sur le haut et souvent, une pancarte qui précise à qui est destiné l'hommage : souvent une dame de la ville, qui œuvre pour la communauté.

 

Cette tradition était au départ un rite de fécondité : on plantait un arbre dans le courant du mois de mai, les femmes tournaient autour de l'arbre, qui représentait les forces de la Nature.

On la retrouve dès l'Antiquité dans des endroits variés du globe : Inde, Europe centrale, Egypte, Grèce, fêtes gaéliques de Beltaine


dans le reste du monde

Manifestation du 1er mai, Mumbai
Manifestation du 1er mai, Mumbai

Si la symbolique du muguet est plutôt française, les défilés de travailleurs sont communs à tous les pays.

Le fait d'arborer une fleur à sa veste a perduré en Allemagne, sous la forme d'un œillet rouge. Celui-ci permettait aux travailleurs d'afficher un mépris silencieux à l'interdiction de manifester le 1er mai en 1890.

 

En Amérique du nord, la fête s'est scindée en deux : il y a fête des Travailleurs le 1er mai, qui n'est pas une journée fériée (bien que souvent célébrée par les syndicats), et la fête du Travail ou labor day, journée chômée célébrée le premier lundi de septembre pour fêter la rentrée artistique et scolaire.

 

Au Japon, la fête du Travail est appelée Kinrō Kansha no Hi, elle est célébrée le 23 novembre.

 

En Indonésie, la fête du Travail a commencé à être célébrée à partir de l'époque coloniale. Elle est à présent fêtée le 1er mai, mais n'est toujours pas chômée… 

Écrire commentaire

Commentaires: 0